Ventabren, découverte en images d'un village authentique haut perché
Explorez Provence

Ventabren, découverte en images d’un village authentique haut perché

Situé entre Salon-de-Provence, Aix-en-Provence et Marseille, Ventabren, dont le nom évoque les vents puissants soufflant au sommet de la colline, est un village provençal authentique perché à 250m d’altitude. Surplombé par les ruines d’un château du Xème siècle et une base de loisirs, avec une vue imprenable sur l’étang de Berre et le massif de l’étoile, il est inscrit sur l’Inventaire des Sites Pittoresques du département des Bouches du Rhône. Et vous allez comprendre pourquoi.


Un mot d’ordre : authenticité

Impossible de ne pas tomber sous le charme de ce village ancien provençal aux allures médiévales, typique du sud de la France ! Ruelles pavées en escaliers (calades), maisons en pierres, volets et portes aux couleurs locales (bleu ciel et mer, violet lavande), fleurs vives et végétation généreuse, avec ses vignes et ses oliviers, le tout baigné de soleil.

La Mairie de Ventabren
La Place de l’église avec ses maisons en pierre et ses volets colorés

Ici, règne une atmosphère de quiétude et de bon vivre, et l’on s’imagine rapidement y vivre des jours heureux et paisibles. Un vrai plaisir que de se laisser porter au gré des allées et traverses, dont la Grand’rue, en réalité toute petite.

La Grand’rue, axe « majeur » qui traverse le village de part et d’autre

Au cœur du village, siège l’église romane Saint-Denis, datant du XVIIème siècle, son clocher et ses 4 cloches de tailles différentes. Autour, des cadrans solaires et des niches présentant des statues de saints ornent les façades. Ex-voto de pierre, ces oratoires remercient un saint ou la Vierge pour ses bienfaits et sa protection.


Les sites de Ventabren à découvrir

Aqueduc, château, fontaines, moulin, oppidum… Ventabren est certes un petit village mais pas exempt, pour autant, de beaux sites sur lesquels s’attarder avec intérêt.

Le château de la Reine Jeanne et la naissance du village

Au Xème siècle, Guillaume 1er de Provence chasse définitivement les Sarrazins qui dévastent les villes dans les plaines de la Provence. Le noble distribue à ses compagnons d’armes les terres libérées, où y sont construits des édifices fortifiés. C’est ainsi que le château de Ventabren, initialement nommé château royal est érigé. Son architecture est sommaire et massive ; l’enceinte principale est encadrée de tours rondes et carrées et de remparts, avec une entrée uniquement accessible du côté du soleil levant. les autres côtés, bâtis sur des rochers à pic, étaient absolument inaccessibles. Une église était attenante au château et les châtelains y accédaient directement de leurs appartements. Le village se serait donc construit à cette même époque, au pied du château dans l’optique d’y être protégé. De nombreuses caves, par leurs vestiges, sont les témoins de ce passé médiéval.

Au XIVème siècle, il passe aux mains de la reine Jeanne, reine de Naples et comtesse de Provence. D’où son appellation actuelle. Il est sérieusement endommagé durant la Révolution Française car il évoque des souvenirs fâcheux. Par intérêt ou par peur, les habitants participent à sa démolition. On trouve aujourd’hui, dans les murs de plusieurs maisons, de nombreuses pierres taillées provenant de ce dernier. Ses ruines sont consolidées à plusieurs reprises dans les années 1980. Et depuis 2001, un éclairage spécifique le valorise et le rend visible depuis les environs, à l’image d’un phare.

Les ruines du château de la Reine Jeanne sur fond de ciel ensoleillé

L’aqueduc de Roquefavour

Avec 83 m de haut et 375 m de long, l’aqueduc de Roquefavour est le plus grand aqueduc en pierre, au monde. Il est classé Monument Historique depuis 2002.

Au cours de leur histoire, Marseille et la Provence ont souvent été confronté au manque d’eau. Au XVIIème siècle, avec l’agrandissement considérable de sa superficie et de sa population, les difficultés croissent de façon exponentielle pour la cité phocéenne. En 1565, l’ingénieur salonais Adam de Craponne soumet un projet de canal de Provence, pour y remédier et alimenter les principales villes avec les eaux de la Durance. Le projet est avorté ; trop cher et trop complexe à réaliser. Ce sont les grandes sécheresses et l’épidémie de choléra, durant la première moitié du XIXème siècle, qui convainquent le Conseil Municipal de Marseille de la nécessité absolue d’un canal, où l’enjambement de l’Arc se fait à Roquefavour.

L’aqueduc est construit, de 1841 à 1847, sur les plans de l’ingénieur Jean-François Mayor de Montricher et nécessite 5000 ouvriers, dont 300 tailleurs de pierre. En acheminant les eaux de la Durance au palais Longchamp, à Marseille, puis à La Ciotat, le canal met un terme à des siècles de pénurie, de privation et d’épidémie. Et Mayor de Montricher est nommé Officier de la Légion d’honneur par Napoléon III.

Le moulin

Le moulin est initialement construit pas les Sarrazins, détruit puis finalement reconstruit sous forme d’éolienne, car le village rencontre depuis toujours des difficultés pour y acheminer l’eau. À cette époque, seule l’eau de pluie recueillie dans des citernes, disposées sous les maisons, permet d’alimenter Ventabren. L’éolienne actionne alors une pompe à vent permettant aux eaux du canal de monter jusqu’à un large bassin, au pied du château. L’eau ainsi stockée, fait office de réservoir pour alimenter, à son tour, les fontaines et abreuvoirs du village.

Quand Ventabren est électrifié, au milieu des années 1920, l’éolienne, sans intérêt, est abandonnée au profil de pompes électriques. En 1967, le socle du moulin est modifié pour revêtir une apparence similaire à celui de Daudet, à Fontvieille. Le système de pompage qui permet l’approvisionnement en eau de toute la commune, réside toujours à l’intérieur.

Outre ces 3 sites, on peut également citer le Camp Marius, vaste oppidum celto-ligure (102 avant J-C.) dont les ruines sont localisées sur le plateau au-dessus de l’aqueduc de Roquefavour. Avec 6 hectares de superficie, c’est l’un des plus vastes de la Provence Occidentale. Sans oublier les 12 fontaines que regroupe Ventabren.


Une commune en expansion

Aujourd’hui, le village historique n’héberge, en réalité, que 5% des habitants. Comme beaucoup d’autres villages anciens provençaux, Ventabren s’est fortement agrandi et étendu sur les plaines environnantes, puisque la commune s’étend désormais sur 2700 hectares et compte près de 5000 habitants.

Coordonnées :
Bureau Municipal de Tourisme
4, boulevard de Provence – 13122 Ventabren
04 42 28 76 47 | tourisme@mairie-ventabren.fr
www.ventabren.fr

Photos : Marseille Hello, www.ventabren.fr et www.roquepertuse.org

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *